Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NiQSE
  • NiQSE
  • : Création, édition, développement de logiciels simples et pratiques pour les managers QHSE, RH, ....
  • Contact

Aujourd'hui

Rechercher

DEMANDE DE DEVIS

1- Télécharger le questionnaire préalable

2- Complétez le fichier

3- Renvoyez le fichier en cliquant ICI

 

Besoin d'informations ? :

QRCode Carte de visite NiQSE


Pages

14 juin 2007 4 14 /06 /juin /2007 08:10
Cet article fait suite à celui intitulé Délégations de pouvoir sécurité

Nous allons voir ic quels sont les objectifs des délégations de pouvoir sécurité

Les objectifs

L'objectif premier est , et tout le monde en est bien conscient, la protection de la direction. C'est au PDG de la structure qu'incombe la responsabilité pénale de ce qu'il se passe dans sa structure. Selon la taille ou l'orgnaisation de la société il n'est très souvent pas possible qu'il puisse assurer lui même la gestion des sa société en entier. C'est la raison pour laquelle il délègue une partie de ses pouvoirs.  Une partie et une partie seulement, dans la mesure ou il est PDG il a une fonction d'autorité sur l'ensemble du personnel de l'opérateur à son vice-président, il conservera tout de même une partie de responsabilité en tant que gérant. A charge pour lui d'organiser ses délégations de pouvoir de façon à pouvoir s'appuyer dessus.
Un autre objectif un peu moins utilisé est la motivation des équipes et la reconnaissance. En effet, en déléguant une partie de ses pouvoirs le PDG "accorde" sa confiance (même celle-ci peut, au final, être toute relative : cf alinéa ci-dessus )

Les risques

Le risque prépondérant est, pour le PDG  de se croire protégé et de ne pas l'être (cf article :Délégations de pouvoir sécurité) Pour cela il est nécessaire d'en avoir un suivi rigoureux, surtout si la structure est évolutive.
Un autre risque , beaucoup plus insidueux est celui de la structure choisie dans les délégations de pouvoir.
Imaginons un structure à 4 échelons : PDG -> Directeur -> Responsable -> Chef.
Si la structure de délégations de pouvoir ne suis pas celle de la hiérarchie on va créer une distorsion des responsabilité. Imaginons dans ce même exemple que le PDG délègue au Directeur qui délègue au Chef. Ainsi il se peut que le Responsable donne des ordres contraires à la volonté du Chef qui, lui, à la délégation de pouvoir. Dans ce cas l'administration n'est plus capable de déterminer qui est  légalement responsable , les délégations de pouvoirs écrites ne servent donc plus à rien puisque le responsable unique n'est pas identifiable.
Si l'on souhaite avoir un système de délégations de pouvoirs écrit, il sera donc plus simple et plus efficace de suivre la structure hiérachique et d'assurer que les rôles et responsabilités sont correctement décrit et respectées.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas COURTOIS - dans Sécurité
commenter cet article

commentaires