Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : NiQSE
  • NiQSE
  • : Création, édition, développement de logiciels simples et pratiques pour les managers QHSE, RH, ....
  • Contact

Aujourd'hui

Rechercher

DEMANDE DE DEVIS

1- Télécharger le questionnaire préalable

2- Complétez le fichier

3- Renvoyez le fichier en cliquant ICI

 

Besoin d'informations ? :

QRCode Carte de visite NiQSE


Pages

6 avril 2008 7 06 /04 /avril /2008 20:46

On a tous eu un jour ou un  autre un collègue avec une odeur corporelle gênante.
On a tous eu , un jour ou un autre une odeur corporelle gênante pour les autres.

Le problème arrive souvent quand on ne se rend pas compte que son odeur corporelle gêne !.

Le problème est déjà compliqué en soi, mais il empire lorsque plusieurs personnes sont importunées par cette odeur, et il empire encore d'un cran quand il s'agit d'un de vos collaborateur qui se plaint de l'odeur d'un de vos subordonné. Vous vous devez, en tant que son manager d'intervenir! Oui mais comment?

Le reflexe n°1 ( à banir absolument ) faire comme si de rien n'était !
Le reflexe n°2 ( à banir également) isoler le collaborateur dans un bureau seul.

Il convient d'en parler le plus "ouvertement" possible ( facile à  dire ) et le plus sincèrement possible et surtout le plus discretement possible.
Ce n'est pas lui rendre service que de lui mentir !

Il est possible que le colloaborateur soit en situation de stress ( un des facteurs de sudation importante), il convient donc de le questionner à ce sujet et s'il répond affiramtivement il faut lui demander  pourquoi et ce qu'il serait envisageable de faire pour réduire ce stress ( ressenti ou réel) – tout en restant dans une proportion permettant un management équilibré ( pas de (de)favoristisme)

Il faut également spécifier depuis combien de temps l'odeur est gênante et dire s'il y a eu une période pendant laquelle aucune odeur particulière n'était ressentie (doit permettre de donner des axes d'amélioration).

Il n'appartient pas au manager de dire ce qu’il faut faire.  Les phrase du style :

  • "Il faut que vous vous laviez tous les jours"
  • "Il faut que vous changiez de vêtements plus souvent"
  • "Lavez vous les dents"
  • ....

Sont à proscrire absolument : il s'agit d'éléments supposés non basés sur des faits, donc répréhensibles. Par contre il me semble tout à fait opportun d'orienter le collaborateur vers des interlocuteurs adaptés. L'objectif n'est pas d'humilier, mais bel et bien d'alerter le collaborateur de la situation. Il est également important de donner des échéances pour refaire le point : 15 jours plus tard et 2 mois plus tard : quel qu'en soit le rendu ( positif ou négatif). En tant que manager on se doit de féliciter les réussites mais également de pointer les échecs. Même si c'est difficile !

 

Dans ce genre de situation les devises à respecter sont :

  • Respect ( nous sommes des hommes donc, par définition, faillibles, qui que nous soyons!)
  • Humilité ( ça arrive à n'importe qui : comment souhaiteriez vous qu'on vous le dise ?)
  • Franchise ( les faits, rien que les faits )

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by Nicolas COURTOIS - dans Santé
commenter cet article

commentaires